play_arrow

Les Chroniques d'Olivier Nottale

Les bébés volés du Chili sous la dictature…

today18/09/2023 34

Arrière-plan
share close
  • cover play_arrow

    Les bébés volés du Chili sous la dictature… Divergence


En marge des commémorations déchirantes du coup d’État de Pinochet et de sa junte du 11 septembre 1973 qui vit, avec l’aide de la CIA, la chute d’Allende, j’aimerais vous parler de ces enfants volés que nous n’avons pas trop voulu voir.

Sous la dictature d’Augusto Pinochet, des milliers d’enfants chiliens ont été adoptés à l’étranger sans le consentement de leurs familles biologiques. Une affaire tentaculaire, qui occupe la justice chilienne depuis 2018. Certains sont devenus des enfants français, et désormais des adultes rongés par le doute.

La rédaction de Mediapart en date du 12 septembre 2023 sous la plume de Louise André-Williams consacre 3 épisodes sur ce sujet tabou à lire.

Nous allons survoler une infime partie de ce terrible dossier :

« Dans les archives classifiées de la Mission de l’adoption internationale (MAI), rattachée au ministère des affaires étrangères français, que Mediapart a pu consulter, la première trace d’un échange entre l’ambassade de France à Santiago et le Quai d’Orsay au sujet de l’adoption d’enfants chiliens remonte à 1987.

Entre 1990 et 1992, il y a des « rumeurs de trafic ». Celles-ci viendraient des « parents » mais aussi des professionnels du secteur, comme l’organisme Renaître, agréé par l’État pour l’adoption au Chili qui, en 1991, dénonce « le développement d’intermédiaires illégaux entre le Chili et le sud-ouest de la France ».

Durant la dictature de Pinochet, des milliers d’enfants ont bien été volés à leurs familles et confiés à l’adoption internationale, dont des centaines en France.

L’onde de choc provoquée par ces révélations a atteint l’Europe, mais aussi les États-Unis et l’Australie, où des milliers d’adopté·es chilien·nes, aujourd’hui adultes, sont désormais rongé·es par le doute.

C’est un long tremblement qui secoue le Chili, un pays pourtant habitué aux séismes, depuis bientôt dix ans. La première secousse remonte au 19 avril 2014, lorsque le média indépendant Ciper révèle les adoptions illicites de plusieurs enfants nés dans les années 1980. Les faits relatés dans l’article se sont produits à Santiago. Dans plusieurs hôpitaux de la capitale, des médecins ont déclaré morts une dizaine de nouveau-nés, en réalité confiés à l’adoption, par l’intermédiaire d’un curé.

Lorsqu’il est arrivé au pouvoir en 1973, Augusto Pinochet a imposé un néolibéralisme agressif. Dans ce système, « les familles pauvres et nombreuses sont considérées comme des êtres inaptes ».

C’est dans ce contexte que, en 1979, le dictateur ordonne dans un « plan quinquennal pour l’enfance » d’« augmenter significativement le nombre d’adoptions au Chili »…

 

(à suivre…) lundi 18 septembre 2023 – 10h20 / 17h15

 

O.Nottale


Les Chroniques d'Olivier NottaleSociété

Rate it
0%