play_arrow

Les Chroniques d'Olivier Nottale

C’est très loin, la « Kanaky » ou la Nouvelle Calédonie si vous préférez !

today17/05/2024 10

Arrière-plan
share close
  • cover play_arrow

    C’est très loin, la « Kanaky » ou la Nouvelle Calédonie si vous préférez ! Divergence


Attention cette chronique a été enregistrée le vendredi 17 mai et ne tient donc pas compte des derniers evènements.

Mais parfois c’est dans notre jardin, depuis quelques jours par exemple.Rappel : La Nouvelle-Calédonie est un ensemble d’îles et d’archipels français d’Océanie, situé en mer de Corail et dans l’océan Pacifique sud. Son statut institutionnel actuel lui reconnaît un degré fort d’autonomie et le droit à l’autodétermination, suivant un processus original de décolonisation et de construction d’un destin commun entre le peuple autochtone, les Kanaks qui représentent 41% de la population, et les autres communautés de l’archipel tels les européens anciennement établis dits « Caldoches », les métis, et les habitants d’origine polynésienne, métropolitaine ou encore asiatique.Oui mais il y a le feu au pacifique !

François Alfonsi, Président de Régions et Peuples Solidaires écrit aux rédactions :

Non satisfait d’avoir biaisé le résultat de la troisième consultation sur l’avenir de la Kanaky-Nouvelle Calédonie en maintenant le scrutin en pleine crise de la COVID et ce contre l’avis des représentants Kanaks, le gouvernement s’est lancé tête baissée dans une réforme du corps électoral humiliante pour les Kanaks, malgré le dissensus sur le sujet entre les loyalistes et indépendantistes.

Cette réforme qui consisterait à élargir le corps électoral aux Français de l’Hexagone récemment installés sur l’archipel aurait pour effet, si la réforme venait à être adoptée, d’accroître le poids électoral des forces politiques loyalistes et de d’amoindrir celui de la représentation Kanak. Tout processus démocratique d’accession des indépendantistes au pouvoir deviendrait alors impossible.

Le Gouvernement a très clairement choisi son camp, à savoir celui des loyalistes et de la colonisation.

Par sa méthode autoritaire et son parti pris pour la Nouvelle-Calédonie française, le Gouvernement enterre pour la seconde fois l’esprit des accords de Nouméa et une solution pacifique au « problème kanak ». Malgré les appels au dialogue du FLNKS, le Gouvernement est resté sourd. La voie démocratique et pacifique semble à l’heure actuelle très encombrée. Il appartient à l’État de prendre les décisions qui empêcheront la guerre civile, ce qui serait la pire des issues.

Le Gouvernement porte l’entière responsabilité du climat insurrectionnel de la Kanaky-Nouvelle Calédonie.

Régions et Peuples Solidaires invite le Gouvernement à faire preuve de responsabilité en retirant sa réforme du corps électoral et à reprenant le fil du dialogue avec les représentants des populations Kanaks.

Voilà pour le contexte et l’interprétation de ce qui a mios le feu au poudre selon le Président de Régions et Peuples Solidaires.

Pour l’heure le bilan monte à cinq morts depuis le début des émeutes lundi dernier. Un gendarme a été tué jeudi 16 mai au matin en Nouvelle-Calédonie à la suite d’un « tir accidentel », a annoncé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin à l’AFP.

Le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé le déploiement de l’armée pour « sécuriser » les ports et l’aéroport de Nouvelle-Calédonie, après les émeutes dans l’archipel secoué par la fronde des indépendantistes.

Emmanuel Macron a demandé ce mercredi 15 mai l’instauration de l’état d’urgence en Nouvelle-Calédonie,

Pour la deuxième fois en près de quarante ans, la Nouvelle-Calédonie va être placée en état d’urgence. Emmanuel Macron a demandé ce mercredi 15 mai qu’un décret soit étudié en conseil des ministres pour instaurer ce régime d’exception dans l’archipel en proie à des émeutes.

Il s’agit de la huitième fois que l’état d’urgence est décrété en France. Il avait déjà été mis en place en Nouvelle-Calédonie en 1985 pour une durée d’un peu plus de cinq mois.

Cette « mesure exceptionnelle » est prévue par la loi du 3 avril 1955…

 

(à suivre…) lundi 20 mai 2024 – 10h20 / 17h05

 

O.Nottale


Les Chroniques d'Olivier NottaleSociété

Rate it
0%