play_arrow

Société

Les petites cuillères

today09/04/2024 39 1

Arrière-plan
share close
  • cover play_arrow

    Les petites cuillères Divergence


On en rêvait, on l’a fait ! L’association Les Dévalideuses vient de lancer un prix littéraire jeunesse pour récompenser des ouvrages autour du handicap, et surtout, sensibiliser les jeunes à ces questions.

Nous avons appelé ce prix “Les petites cuillères” en hommage à la théorie des cuillères, une métaphore inventée en 2003 par Christine Miserandino pour évoquer la fatigabilité et la gestion de l’énergie chez les personnes handicapées ou malades. Les cuillères représentent nos doses d’énergie disponibles chaque jour. Chaque activité, même se laver les dents, consomme de l’énergie et représente une charge mentale importante. C’est une manière originale et pédagogique d’aborder les symptômes invisibles liés à de nombreux handicaps.

Le prix Les petites cuillères a donc pour objectif d’encourager une réflexion collective autour des discriminations liées au handicap, à l’état de santé, à l’âge, ou encore à l’apparence physique. Et donc de faire connaître le concept de validisme auprès d’un jeune public.

Car si vous suivez cette chronique, vous savez que le validisme, ce n’est pas seulement traiter les personnes handicapées comme une sous-catégorie d’êtres humains, mais plus généralement toutes les personnes dont le corps ne correspond pas aux normes médicales de la validité. Ces normes, ce sont toutes les capacités qui sont naturellement attendues d’un corps pour qu’il soit considéré comme humain : parler, voir, entendre, marcher, raisonner d’une certaine manière, etc. Les discriminations validistes touchent donc aussi bien les personnes malades et handicapées, que âgées ou grosses.

Le validisme est une vraie discrimination qui impacte fortement le quotidien, que ce soit nos déplacements dans l’espace public ou la manière dont on va être traité au travail ou chez le médecin. Et surtout, cela nous expose à davantage de maltraitances et de violences tout au long de notre vie.

C’est donc une nécessité de sensibiliser dès le plus jeune âge à ces questions. Et pour cela, rien de tel que de confronter les enfants et ados à des situations qui les poussent à questionner leur vision du monde au travers de lectures pertinentes.

Pour cette première édition, nous proposons deux sélections de 4 ouvrages : une sélection cycle 3, correspondant aux classes de CM1, CM2 et 6ème, et une sélection cycle 4, correspondant aux classes de 5ème, 4ème et 3ème. Bien entendu, les classes et tranches d’âge sont données à titre indicatif. La sélection cycle 4 peut aussi bien convenir à des élèves de 6ème avec un bon niveau de lecture qu’à des élèves de Seconde.

Le prix est donc ouvert à tous les jeunes lecteurs et lectrices en âge de lire les ouvrages proposés. Ce sont eux qui voteront pour leur ouvrage préféré dans chaque sélection !

Nous invitons tous les membres du corps enseignant à faire connaître l’existence de ce prix auprès de leur établissement, mais aussi les médiathèques, librairies et centres de loisirs, qui peuvent promouvoir ou organiser des animations autour du prix. Nous mettrons bien sûr à disposition des ressources pédagogiques comme des définitions de notions clefs et des jeux pour accompagner la lecture. Les jeunes lecteurs et lectrices peuvent également participer individuellement avec le soutien d’un parent ou d’un adulte responsable.

Pour revenir aux ouvrages sélectionnés, nous avons donc choisi 6 romans, 1 manga et 1 bande-dessinée, avec des représentations variées du handicap. Il est question de handicap physique, de trouble du spectre autistique, de surdité ou encore de grossophobie.

Je voudrais faire un focus sur les ouvrages sélectionnés sur le thème de la surdité, dans lesquelles je me suis sentie particulièrement représentée. Car oui, quand on est atteint d’un handicap ou d’une maladie, ou d’une quelconque différence qui nous confronte aux préjugés, on a désespérément besoin de représentations positives. On a besoin de voir des personnages qui nous ressemblent, et qui vivent les mêmes situations que nous.

C’est pourquoi j’ai ressenti une émotion particulière cette année en découvrant “Super Sourde”, la BD autobiographique de Cécé Bell, “Une Vie en Milonga” de Fanny Chartres ou encore le manga “Hidamari ga kikoeru” de Yuki Fumino.

Dans ce dernier manga, dont le titre français est “Entends-tu le chant du soleil ?”, il est question d’un lycéen malentendant qui a besoin d’une aide en cours pour prendre des notes. Et j’y ai retrouvé beaucoup de choses de ma propre adolescence, comme le fait de mal accepter son handicap, de s’isoler, d’avoir l’air snob auprès des gens qui ne me connaissent pas, ou de s’entourer plus naturellement de gens qui parlent fort car on comprend mal les autres.

L’histoire décrit assez bien cette situation particulière que vivent les personnes malentendantes : celle d’évoluer à mi-chemin entre l’univers des personnes entendantes et des personnes sourdes, dans cette zone grise qui regroupe autant de niveaux de surdité que de vécus. Parce qu’on entend partiellement et qu’on arrive parfois à masquer notre surdité, on est très souvent invisibilisés et incompris.

J’espère du fond du cœur que toutes ces lectures aideront les enfants et ados avec des handicaps à mieux s’accepter, et incitera les autres à mieux accepter les différences, qu’elles soient visibles ou invisibles au premier abord.

Pour en savoir plus sur les ouvrages sélectionnés et les modalités de participation, je vous invite à consulter le site web les-petites-cuilleres.org, et à vous abonner au compte instagram prix.lespetitescuilleres !

C’était Béatrice, pour “Viens te faire dévalider”. A la semaine prochaine !

 

Diffusion mercredi 10 avril 2024 – 10h20 / 17h05

 

B.Pradillon


SociétéViens te faire dévalider

Rate it
0%