Tatous et colibris, une fable morale

Human Bashing / société / 28/09/2020

Je sais qu’on vous l’a déjà raconté mais, pour que je puisse mener à bien cette chronique, il faut que je sois bien sûr, donc vous n’y échapperez pas. Ce jour-là, un incendie ravage la forêt, et tous les animaux, consternés, fuient devant le danger. Tous les animaux sauf un colibri qui, je ne vous l’apprends pas, est un oiseau de la famille des trochilidés, dont la taille varie de 2 à 22 cm, c’est vous dire qu’il est petit.



Or donc notre brave colibri va constamment à la rivière, où il puise à chaque fois quelques gouttes d’eau qu’il va jeter dans le feu. Un tatou passait par là. Les tatous, je ne vous l’apprends pas non plus, sont un ordre de mammifères placentaires, donc presque comme vous et moi, enfin surtout moi, puisque le tatou a la particularité de se rouler en boule quand il se sent en danger.
Or donc notre brave tatou demande au colibri pourquoi il fait ça, et s’il se rend compte que c’est à peu près aussi efficace que de donner à lire à Loana « Les liaisons dangereuses » en espérant qu’elle va devenir Simone de Beauvoir. « Je sais », dit le colibri, mais « je fais ma part ».




Diffusion lundi 28 septembre 2020 - 10h40 / 17h40



Y.Desrichard