Costa-Gavras, le plus grec des cinéastes français (ou l’inverse)

24 notes/seconde / musique / 15/05/2019

Né en Arcadie (Grèce), Costa-Gavras est contraint, de par les opinions politiques de ses parents, de faire ses études en France. Il fréquente la Cinémathèque française et est admis à l’Institut des hautes études cinématographiques, le prédécesseur de la Femis. A partir de là, il devient assistant réalisateur de cinéastes aussi prestigieux que Henri Verneuil, Jacques Demy et René Clément.

Sur le tournage de "Le jour et l’heure", réalisé par ce dernier, il rencontre Simone Signoret et Yves Montand, grâce à l’amitié desquels il peut réaliser son premier film, un policier, "Compartiment tueurs", qui rencontre un grand succès. Mais sa carrière va basculer avec "Z", un film auquel personne ne croyait et qui se fait grâce à l’obstination de Jacques Perrin, avec Montand dans le rôle principal, et qui consacre Costa-Gavras comme cinéaste politique, lui permettant d’enchaîner sur deux autres films très marqués "à gauche", "L’aveu" (toujours avec Montand). et "Etat de siège".

Ensuite, Costa-Gavras poursuit une carrière variée, entre la France et les Etats-Unis : il réunit Romy Schneider et Yves Montand dans "Clair de femme", d’après Romain Gary, mais fait aussi tourner Dustin Hoffman et John Travolta dans "Mad City", ou Jack Lemmon dans "Missing", qui obtient la Palme d’or au Festival de Cannes. Pour les musiques, et d’évidence, il fait souvent appel à de talentueux compositeurs grecs, Vangelis pour "Missing", mais surtout Mikis Theodorakis pour sa "trilogie politique".



Diffusion mercredi 15 mai 2019 - 18h30
Rediffusion jeudi 16 mai 2019 - 12h30


Animation Y.Desrichard
Réalisation B.Bertrand