Fight For Dignity

3 minutes chrono / société / 12/04/2019

Anouk Corge pour son enquête le mercredi 10 avril 2019 pour le compte du journal l’Équipe.
Extraits :

« Laurence Fischer l’ancienne triple championne du monde de karaté consacre désormais sa vie aux femmes victimes de violences, notamment avec sa fondation Fight For Dignity.

La maison détonne au milieu des barres d’immeubles de Saint-Denis, la ville du Stade de France, en bordure de Paris. C’est la Maison des femmes, inaugurée en juin 2016, dans l’enceinte de l’hôpital Delafontaine. Un îlot de bienveillance destiné à celles dont les vies n’ont rien de rose : des victimes de sévices physiques (viol, violences conjugales, excision, inceste...) comme psychologiques.
Des ateliers psycho-corporels sont proposés,gratuitement. Dont celui de karaté « L’objectif n’est pas d’apprendre l’autodéfense mais d’aider ces femmes à se réapproprier leur corps », explique Laurence Fischer, qui, depuis mars 2017, dispense ces séances qu’elle a souhaité prolonger par un goûter « destiné à libérer la parole. »

Elle fait preuve d’un tact et d’une bienveillance qui aident ces accidentées de la vie à reprendre confiance en elles. « Ici, on fait ce qu’on veut, on n’est obligé à rien »
« Laurence est une femme lumineuse, avec une démarche très réfléchie,
S’engager pour les autres n’est pas nouveau chez l’ancienne championne, âgée aujourd’hui de 45 ans. « Je ne sais pas d’où ça vient. Mais petite, j’avais envie d’aller vers l’autre et je n’y arrivais pas. » Cela ne l’a pas empêchée de se tailler un palmarès XXL en karaté, sport qu’elle détestait pourtant quand son père, pratiquant lui-même, l’y a mise à six ans !

» La jeune fille« hyper sensible, maladroite et en total manque de confiance en elle » se meut à douze ans en championne. À seize ans, elle intègre l’équipe de France, devient triple championne du monde...



(à suivre...) Vendredi 12 avril 2019 - 10h20 / 17h15


O.Nottale