Clara sans Robert

Melimelomane / musique / 12/03/2019

Musique a beau être un mot du genre féminin, la musique ne fait pas toujours la part belle aux femmes, surtout lorsqu’il s’agit de composer ou de diriger un orchestre. Certes, cela évolue, mais ce n’était pas chose gagnée dans les premières décennies du XIXe siècle.
Un certain Robert Schumann est devenu l’un des emblèmes du romantisme allemand en matière de musique, notamment par sa fin tragique. Du coup, l’on tendance à laisser dans l’ombre celle dont il ne fut, au début de sa carrière de compositeur, que l’époux. Bien que sa cadette de neuf ans, la jeune Clara Wieck était déjà une pianiste de renom, enfant prodige, qui se produisait jusqu’à Paris dès ses douze ans, alors que Robert n’avait pas encore vraiment décidé de choisir la carrière des arts. Le père de Clara fut le professeur de piano auprès duquel il choisit de perfectionner son art une fois abandonner la carrière « civile » dans laquelle sa famille tentait de le pousser.
Clara et Robert, c’est une histoire hautement romantique, celle d’un amour conquis de haute lutte contre un père hostile, celle, aussi, d’un partage musical de tout instant.
Un idylle musicale à laquelle la folie et la mort de Robert mettront un terme prématuré. Heureusement pour Clara, la récente rencontre du jeune Johannes Brahms, dans lequel Robert et Clara ont d’emblée reconnu un génie de la musique, s’avérera un inestimable soutien jusqu’à leur mort à tous deux à la veille de XXe siècle.
Une histoire humaine, d’amour, d’amitié et de musique que vous pourrez approcher prochainement au concert, l’opéra orchestre de Montpellier nous proposant une soirée intitulée Schumann, die Familie, où l’on pourra entendre les voix de Clara, Robert et Johannes.

Samedi 23 mars à 19h, salle Pasteur du Corum.



Diffusion mardi 12 mars  2019 - 15h03
Rediffusion jeudi 14 mars 2019 - 15h03 / dimanche 17 mars 2019 - 9h30


Animation et réalisation M.Ossorguine