La couleur du cheval blanc d’Henri IV

Prends l oseille et tire toi / société / 07/01/2019

Dans les cours de récré de mon enfance, quelque part au temps des brontosaures, on avait des jeux un peu idiots. Parmi ceux-ci, il y avait le jeu des questions un peu stupides, comme « quelle est la couleur du cheval blanc d’Henri IV ? ». Si si, réfléchissez bien, je suis sûr que vous allez trouver la réponse, même si vous ne savez pas qui est Henri IV. Et, comme vous avez déjà trouvé, je vous propose une variante, posée par les très sérieux Florian Botte et Thomas Dallery, enseignants-chercheurs, respectivement à l’université de Lille et à celle du Littoral Côte d’Opale, oui, ça existe.


La question c’est, je cite, « la finance est-elle au service des entreprises ou des actionnaires ? ». Je suis sûr que vous avez déjà trouvé la réponse, et pourtant vous n’êtes pas enseignant-chercheur, enfin, pas la majorité d’entre vous et non, désolé, y a rien à gagner. Si la réponse est facile, l’explication, comme toujours en matière financière, où le marketing du vent et du foutage de gueule sont industrialisés, est, au moins en apparence, plus complexe, et les auteurs, pour répondre à la question, ont, comme bien souvent les chercheurs, posé une autre question : que ce serait-il passé si les entreprises, au lieu d’aller, soi-disant, chercher de l’argent frais sur les marchés financiers, en capital boursier, s’étaient endettées par des moyens qu’on pourra considérer comme plus traditionnels, par exemple en empruntant aux banques ?




Diffusion lundi 7 janvier 2019 - 10h40 / 17h40



Y.Desrichard