Venezuela, le cocktail Maduro

Les chroniques d Olivier Nottale / société / 28/05/2018

Au Venezuela, Nicolas Maduro a été proclamé vainqueur d’une présidentielle, disons contestée.
Le président sortant a obtenu 67,7 % des voix, selon les résultats officiels. Son principal adversaire a annoncé qu’il « ne reconnaît pas ce processus électoral ».
Voilà ce qu’on pouvait lire sous la plume de Rémy Ourdan envoyé spécial à Caracas pour le journal « Le Monde »
Il existe des pays où, en dépit de l’organisation d’une « élection », le bulletin de vote n’a guère de sens. Le Venezuela est de ceux-là.
En France, il faut écouter Jean-Luc Mélenchon pour avoir un son de cloche différent : les capitales qui ont condamné la tenue de cette présidentielle - à laquelle n’ont pu participer les principaux chefs de l’opposition comme Henrique Capriles ou Leopoldo Lopez. « Il y a un certain nombre de pays, autour des larbins des USA, qui ont décidé que ces élections ne leur convenaient pas », considère le parlementaire français.
Le leader de la France insoumise conteste la stratégie de l’opposition de boycotter le scrutin. « Si vous ne venez à aucune élection et que vous protestez avant et après, alors ce n’est plus démocratique. Il faut accepter d’aller aux élections. » Mélenchon accuse aussi clairement une partie de l’opposition « violente » d’être à l’origine des difficultés économiques du Venezuela.
Seize millions de Vénézuéliens étaient appelés aux urnes. Le pouvoir ayant interdit aux deux principaux opposants au chavisme et à la principale coalition d’opposition de participer au scrutin, ceux-ci ont décidé de boycotter la présidentielle et ont appelé les électeurs…



(à suivre…) Lundi 28 mai 2018 - 10h15 / 17h15


O.Nottale