Marseille folle de son OM

3 minutes chrono / société / 18/05/2018

Mercredi dernier, le 16 mai 2018 la ville a vibré, s’est paralysée, a crié, a souffert, a hurlé son amour, sa déraison, la ville derrière son club de foot. Plus tard, elle a pleuré avec ses héros battus par la magnifique équipe au maillot rayé de rouge et de blanc de l’Atlético de Madrid.
Marseille et l’OM cela tient de l’irrationnel, du mystique aussi quand les supporteurs loin d’être tous de fervents catholiques font le pèlerinage de la « Bonne Mère » pour aller brûler des cierges et prier pour leur équipe. À Marseille, on est "fada" de l’OM.
Le journal Libération avait le jour de la finale de l’Europa Cup osé sa une avec une photo montage de deux joueurs de l’OM célébrant un but en se tenant par le cou avec les têtes de Macron et de Mélenchon qui se disputent le droit du politique supporteur numéro un de l’équipe phocéenne !
« Des politiques dépassés par l’engouement, des quartiers euphoriques, des générations qui se rassemblent. Depuis le début du mois d’avril, la ville ne vit que pour son club, comme si elle avait retrouvé son amour d’adolescence, au pouvoir d’attraction inchangé. » Écrit Mathieu Grégoire pour le journal L’Équipe le lundi précédent la finale.
Le père Nicolas Lubrano arrivé à la paroisse de Saint-Barnabé il y a huit ans, confie : des jeunes m’ont emmené au stade, et j’ai été pris dans l’engrenage. Désormais, il est membre des Fanatics, et ce n’est pas vraiment du catéchisme !


(à  suivre…) Vendredi 18 mai 2018 - 17h15



O.Nottale
Portfolio