Comédie italienne

Les chroniques d Olivier Nottale / société / 12/03/2018

A l’issue du vote des Italiens, dimanche 4 mars, pour élire députés et sénateurs, aucune majorité parlementaire claire n’a émergé. Avec 32 % des voix, le Mouvement cinq étoiles (M5S) est arrivé en tête, tandis que la coalition de droite et d’extrême droite obtient près de 37%, mais ce n’est pas une alliance homogène la ligue du Nord qui elle fait 18% toute seule est alliée pour l’instant avec « Forza Italia » le parti du toujours aussi jeune Sylvio Berlusconi, l’éternel revenant, mais avec 14% on est très loin des victoires triomphales d’antan.
Avant de vous détailler rapidement les forces en présence sachez que la botte transalpine est coupée en deux au sud de Rome, le M5S -le mouvement 5 étoiles- est en position majoritaire ; au nord, c’est la droite, et au sein de la droite, la force dominante est la Ligue du Nord. Pour le reste, les centres des grandes villes sont les seuls endroits où le Parti démocrate aura limité la casse : le parti de centre gauche est même en tête à Milan.
Alors en avant pour un tour de cette nouvelle comédie à l’Italienne.
Le M5S le vainqueur des élections du dimanche 4 mars, le parti fondé par Beppe Grillo -un ancien comique- n’a pas de ligne idéologique bien précise en dehors de son credo anti-élites.
En moins de dix ans, ce mouvement est devenu la première formation politique d’Italie. Ce « non-parti » campant sur une ligne « ni droite ni…


(à suivre…)lundi 12 mars 2018 - 10h15 / 17h15


O.Nottale