La finance écoresponsable, ou plus c’est gros, plus ça passe

Prends l oseille et tire toi / société / 22/01/2018

Les consommateurs les plus informés connaissent la notion de « green washing », pardon, d’ »écoblanchiment », cette tendance qu’ont les entreprises et les publicitaires qu’elles appointent à, comme dire, se foutre de notre gueule en parant leurs produits, si possible les plus polluants, des vertus écologiques les plus tendance.


Dans les publicités, les lessives les moins biodégradables sont donc, comme par miracle, recyclables dans l’environnement, le papier blanchi à l’acide est produit à partir de fibres recyclées, les voitures sont « vertes », surtout quand elles sont électriques, les vêtements à bas prix importés du tiers-monde sont cousus par des ouvriers et des ouvrières décemment payés, bref, tout le monde il est éthique, tout le monde il est responsable.


Il aurait été bien étonnant que nos sympathiques boursicoteurs (pardon, investisseurs), nos déontologiques courtiers, nos banques si désintéressées ne s’engouffrent pas dans cette tendance, dans ce « hype » pourrions-nous dire, pour proposer à leurs « clients » des produits financiers écoresponsables – c’est vraiment le moment de l’écrire !



Diffusion lundi 22 janvier 2018 - 10h40 / 17h40

Y.Desrichard