De la spéculation à l’investissement, glissement sémantique – mais pas que

Prends l oseille et tire toi / société / 15/01/2018

Je ne vous l’apprends pas : les mots ont un sens. Quand vous parlez de « charges » au lieu de prélèvements sociaux, ça a un sens. Quand vous parlez de « neutraliser » un terroriste au lieu de dire qu’il a été tué, ça a un sens. Quand vous dites à votre compagne « qu’il faut qu’on parle » au moment de faire votre valise, ça a un sens.
Dans cet ordre d’idée, tout le monde aura remarqué que les mots « spéculation » et « spéculer » ont disparu du vocabulaire, en tout cas quand ce vocabulaire s’applique au monde de la bourse et de la finance mondialisée. On peut encore spéculer sur le film qui obtiendra la Palme d’or du festival de Cannes ; on peut encore faire (il paraît qu’il y a encore des gens que ça intéresse) des spéculations sur la composition d’un futur gouvernement, etc., etc.